dimanche 24 mars 2013

Comment composer un tableau abstrait


Extraits du site http://suite101.fr

La surface à peindre peut être divisée en quatre parties qui orientent la lecture d'un tableau abstrait; la composition en grille peut en être une.
La surface peinte peut être divisée en différentes parties qui orientent la lecture d'un tableau abstrait; la composition en grille peut en être une.

Ainsi Kandinsky divise  la surface à peindre en quatre parties, l’organisation à partir d’un centre et d’autres compositions, où l’itinéraire à quatre temps s’exprime par la division de la surface en bandes parallèles obliques appartenant au même attelage, celui qui conduit du désordre vers l’ordre, du chaos au cosmos, vers la spiritualité; les formes s’enchaînent les unes aux autres et restent des images poétiques et philosophiques telles que le souhaitait le peintre.

L’inventaire des différentes formes
Dans son désir d’inventorier le monde pour mieux le maîtriser Kandinsky marque des pauses, classe, ordonne ; la division du tableau, rectangulaire le plus souvent, se structure par des lignes orthogonales (lignes qui tombent à angles droits sur d'autres lignes) déterminant des cases contenant des formes indéterminées, une par case, suspendues dans un espace sans profondeur. Cette construction reprise souvent dans cette période s’apparente à un répertoire de formes, une classification de son vocabulaire plastique : Rayé (1935) Trente (1937) Quinze (1938)

La grille

La grille présentée est une rhétorique visuelle analysée par R. Krauss comme un facteur de mise à distance de la réalité, devenant un indice anti-naturaliste. Autrement dit  opposé au mouvement  naturaliste qui accorde notamment une importance primordiale au paysage.